Phobos

Couverture+définitive+PHOBOS.png

Auteur : Victor Dixen
Editeur : Robert Laffont 
Parution : 2015
Pages : 433

Capture d’écran 2015-06-29 à 21.48.11


Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.


Mon avis : 

J’ai longtemps hésité à vous écrire ma chronique à chaud car j’avais peur de ne pas trouvé les mots tellement j’en suis bluffé.

Phobos est mon premier Victor Dixen et je peux vous garantir que ça ne sera pas le dernier. La plume de l’auteur est épatante, dés les premières pages  je me suis sentie dans l’histoire. Tout à été raconté avec fluidité alors qu’il existe une certaine complexité à cette histoire.

Tout à été rendu très vrai par l’auteur, ce que je veux dire par là c’est que j’ai eu vraiment tout à ma disposition pour m’imaginer le mieux possible l’univers. J’avais le logo « genesis« , des schémas, etc. Ce qui est vraiment très intéressante ainsi que très utile. Je n’ai peu que me plonger dans l’histoire avec ces outils à ma disposition.

L’histoire est raconté sur plusieurs point de vue et l’auteur à gérer ça d’une finesse inouïe. Chaque point de vue est  choisi au bon moment. Ils apportaient tous quelque chose en plus. On remarque que beaucoup chose sont liée entre-elles et sans le changement de point de vue, ça n’aurait pas été possible. C’est un choix risqué mais tellement bien réalisé.

Pour ce qui est des personnages, je me suis sentie plus ou moins proches de chacun même des plus méchants pour vous dire. Je pense que c’est grâce au changement de point de vue que cela à été possible. Ils ont chacun leurs personnalités, leurs histoires et chacune d’elles est plus ou moins plausible. 

Alors que vous dire, à part que la peur que cette histoire tombe dans un cliché de speed-dating n’a pas lieu d’être et qu’en ouvrant les premières pages vous vous apprêtez à décoller pour l’espace et croyez-moi vous allez vraiment vous sentir à bord du Cupido. 

Dixen m’offre ici un vrai coup de coeur et c’est une vrai torture de ne pas aller m’acheter le tome 2 de suite.