Phobos tome 2

CVT_Phobos-T2_1923

Auteur : Victor Dixen
Editeur : Robert Laffont
Parution : 2015
Pages : 490

Capture d’écran 2015-086-29 à 21


ILS CROYAIENT MAITRISER LEUR DESTIN.

Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS

Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.

MEME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE,
IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

 


Mon avis : 

Suite directe du premier tome. Celui-ci ne voulait pas quitter mon esprit donc dés que j’ai eu la possibilité de me le procurer, je n’ai pas hésité. Attention risque de spoiler dans cette chronique.

L’auteur tient son histoire avec une main de maître. Tout les points de vue son intéressant, il change chaque fois au bon moment et chacun apporte un complément à l’histoire. Il nous donne l’impression de rien laisser en suspend et de connaître absolument tout. Mais cette impression n’est qu’une illusion, car en tant que lecteur, l’auteur nous fait suivre l’histoire au moment présent donc même avec le changement de narration qui offre la voix à certain personnage le lecteur ne sait pas tout sur son passé. Ce qui crée certaine interrogation même sur des personnages donc le lecteur entend la voix.

L’écriture est toujours aussi plaisante. Dixen à une très bonne maîtrise des mots. Dés les première phrase, j’ai commencé le voyage.

Le premier tome nous laisse donc sur la décision que l’équipage du cupide doit prendre. Le lecteur suit donc le point de vue de Léonor, du point de vue de l’espace, pour commencer ce tome.

Léonor évolue énormément dans ce tome, j’ai eu l’impression que toute cette histoire la mûrit et peut être que son histoire d’amour avec Marcus à poussé la chose. Je l’ai trouvé beaucoup plus intéressante et dans celui-ci contrairement à l’ancien, je n’ai presque jamais remis en doute ses décisions.

Par contre, beaucoup de personnage ce sont dévoilé sous un nouveau jours, du côté marxien, je pense notamment à Alexei qui nous dévoile pas que son côté prince charmant. Ainsi que Kenji qui est loin de nous avoir dévoilé toute sa personnalité mais qui malgré tout, fait en sorte qu’on ne peut que s’attacher à lui. Pour ce qui est de Mozart, je ne sais pas trop sur quel pied danser. Je ne comprenais pas toujours ce qu’il pensait mais ce qu’à fait l’auteur avec son histoire avec Léonor est intéressante. Car 6 couples qui ont choisis chacun leurs partenaire du premier coups seraient un coup de bol. J’ai peu donc ressentir son amertume envers Marcus. Et en parlant de Marcus, que dire tout le long de l’histoire, je l’ai trouvé intéressant, j’aurais presque en vie de dire intriguant. Mais sa dernière révélation m’a laissée bouchebé et donc me fait complètement douté. Qui est-il vraiment ? J’espère qu’il est bien le poète et magicien des rues qu’il prétend

Du côté terrien, j’ai aimé détester Serena qui malgré son point de vue me laisse beaucoup de question et de mystère sur ses intentions. Pour ce qui est d’Andrew et Harmonie, surtout Harmonie car Andrew était déjà appréciable dans le premier tome mais l’évolution d’Harmonie m’a beaucoup plu leurs duo de choc est un point fort à l’équipage.

L’intrigue semble assez simple mais vers la fin du bouquin, elle se révèle plus complexe qu’elle ne le fait voir.

Peut-être que c’est moi qui interprète mal ça mais personnellement je trouve que tout est raconter avec légèreté ce que je veux dire par la, c’est que malgré l’espace, les navettes spatial ou encore la course poursuit du duo de choc, je ne me suis pas sentie oppressée. Dixen joue très bien avec le ton de la narration. Ce qui est un très bon point.

Pour le moment la saga Phobos enchaîne les coups de coeur et me laisse un bon sentiment à sa lecture.

Je me sentais rêver d’être dans New Aiden, dans les rovers ou encore sur le sol de mars alors qu’en réalité cela m’effraierait plus qu’autre chose. Et ça c’est un vrai défis relevé par l’auteur. Car cela n’est pas du à de l’incrédibilité mais tout au contraire c’est plus vu par un point de vue de quelqu’un qui trouve cela fascinant.

La fin annonce une suite pleine de rebondissement et de révélation. Il me tarde de savoir où l’auteur compte m’emmener dans le tome 3. Va-t-il faire redescendre tout le monde sur Terre ou va-t-il nous laisser la tête dans les étoiles ?

En résumé, j’ai réussis à rêver d’espace, à être fasciné par ce qu’apporte la télévision au gens. Je me suis promener dans le désert de la Vallée de la Mort en Campigne car. J’y ai rencontré une serveuse des rêves pleins la tête. J’ai assisté à une mise à mort et crains pour la vie de certains, une suite à la hauteur du premier tome quoi.


 » Tu sais pourquoi j’aime tant les roses ? Pas parce que ce sont des fleurs romantiques ou parce qu’elles permettent de jouer les jolis coeur, comme tu me l’as reproché lors de notre première rencontre. Les roses n’ont rien de mièvre ou de gentils, elle sont juste vraies. Cruellement vraies. Si leurs pétales nous montrent que la vie est belle à couper le souffle, leurs épines nous rappelle qu’elle est dangereuse à en crever ». Marcus

 

Phobos

Couverture+définitive+PHOBOS.png

Auteur : Victor Dixen
Editeur : Robert Laffont 
Parution : 2015
Pages : 433

Capture d’écran 2015-06-29 à 21.48.11


Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.


Mon avis : 

J’ai longtemps hésité à vous écrire ma chronique à chaud car j’avais peur de ne pas trouvé les mots tellement j’en suis bluffé.

Phobos est mon premier Victor Dixen et je peux vous garantir que ça ne sera pas le dernier. La plume de l’auteur est épatante, dés les premières pages  je me suis sentie dans l’histoire. Tout à été raconté avec fluidité alors qu’il existe une certaine complexité à cette histoire.

Tout à été rendu très vrai par l’auteur, ce que je veux dire par là c’est que j’ai eu vraiment tout à ma disposition pour m’imaginer le mieux possible l’univers. J’avais le logo « genesis« , des schémas, etc. Ce qui est vraiment très intéressante ainsi que très utile. Je n’ai peu que me plonger dans l’histoire avec ces outils à ma disposition.

L’histoire est raconté sur plusieurs point de vue et l’auteur à gérer ça d’une finesse inouïe. Chaque point de vue est  choisi au bon moment. Ils apportaient tous quelque chose en plus. On remarque que beaucoup chose sont liée entre-elles et sans le changement de point de vue, ça n’aurait pas été possible. C’est un choix risqué mais tellement bien réalisé.

Pour ce qui est des personnages, je me suis sentie plus ou moins proches de chacun même des plus méchants pour vous dire. Je pense que c’est grâce au changement de point de vue que cela à été possible. Ils ont chacun leurs personnalités, leurs histoires et chacune d’elles est plus ou moins plausible. 

Alors que vous dire, à part que la peur que cette histoire tombe dans un cliché de speed-dating n’a pas lieu d’être et qu’en ouvrant les premières pages vous vous apprêtez à décoller pour l’espace et croyez-moi vous allez vraiment vous sentir à bord du Cupido. 

Dixen m’offre ici un vrai coup de coeur et c’est une vrai torture de ne pas aller m’acheter le tome 2 de suite.

La 5e vague

CVT_La-5e-vague_3803

Auteur : Rick Yancey 
Editeur : Robert Laffont
Parution : 2013
Pages : 592

Capture d’écran 2015-06-29 à 21.48.11


1ère Vague : Extinction des feux
2e Vague : Déferlante
3e Vague : Pandémie
4e Vague : Silence

La 5e Vague arrive…
Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…

À l’aube de la 5e Vague, sur une bretelle d’autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper…Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés…
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son seul espoir de sauver son petit frère, voire elle-même. Du moins, si Evan est bien celui qu’il prétend… Mais la jeune fille doit d’abord faire des choix : entre confiance et paranoïa, entre courage et désespoir, entre la vie et la mort. Va-t-elle baisser les bras et accepter son triste sort, ou relever la tête et affronter son destin ? Car ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.


Mon avis : 

J’avais vraiment envie de lire le livre avant la sortie du film. N’étant pas une super fan des extra-terrestres, je redoutais un peu cette lecture, je la repoussais lorsque je le pouvais. Et puis un jour après avoir vu le trailer officiel, je me suis dit, c’est le moment idéal.

Je ne regrette en aucun cas, ma lecture ça à été un réel coup de coeur. Le style de l’auteur est vraiment agréable à lire que ce soit sa narration alternée très réussie ou encore la narration elle même des personnages. D’habitude, la narration alterné, lorsqu’elle dépasse 2 personnages, me dérange. Mais ici, elle était tellement bien maitrisé que ça ne m’a même pas dérangé. Je me réjouissais même parfois de retrouver le point de vue d’un autre personnage pour comprendre ce qui ce passait de son côté. 

Les personnages ont chacun une personnalité très différente et je pense que l’auteur à très bien réussis à jouer avec cela. Il avait chacun leurs qualité et leurs défauts. C’est bien l’une des premières fois, ou j’ai apprécier tous les personnages principaux. Pour certains, je ne les appréciais pas avant la 1er vague et plus tard dans l’histoire, je n’ai fais que de les aimer. Et je crois que c’est important de voir le contraste s’établir sur eux entre l’avant et après l’arrivée, c’est réellement ça qui est intéressant. Ils ont tous réussis à carrément prendre vie devant moi, je n’ai jamais mis en doute leurs réaction et je pense que c’est paris tenus pour l’auteur.

Pour ce qui est de l’intrigue, je ne m’attendais pas vraiment à cela. Je m’attendais à quelque chose de simple, l’intrigue de base l’est. Mais elle en devient complexe. Le cheminement est très intéressant, je connaissais plus ou moins l’aboutissement de ce tome mais pas du tout le chemin à prendre des personnages. Et le chemin à été beaucoup plus intéressant que l’arrivée.

Après avoir refermer ce bouquin, je ne voulais plus tous les quitter. J’ai donc foncé à la librairie pour aller me chercher le tome 2. Pour pouvoir vite les retrouver. Un vrai coup de coeur pour ce premier tome. Je n’ai pas vu les 592 pages tournée, j’ai même eu l’impression que ça ce finissais trop tôt. Je ne peux que vous le conseiller.

The Book Of Ivy

the-book-of-ivy_amy-engel_couverture-fr

Auteur : Amy Engel 
Editeur : Lumen
Parution : 2015
Pages : 342

Capture d’écran 2015-06-29 à 21.48.11


Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.


Mon avis : 

Alors tout d’abord je ne peux que vous dire wouah. J’ai acheté ce bouquin sans aucune attente, je n’avais même pas lu la quatrième de couverture. Ce qui m’a tenté c’est cette magnifique couverture et sa position dans le classement des meilleurs dystropies du moment.  

Dés les premières pages, j’ai eu l’impression d’être Ivy. Je vivais ce qu’elle vivait, ressentais ses émotions ce qui m’a permis de me plonger directement dans l’histoire. Les pages se sont tournées sans que je ne le remarque. C’est grâce à un réel travail de l’auteur avec son écriture très fluide et légère.

Je me suis beaucoup reconnue en Ivy car moi aussi j’ai du mal à garder pour moi ce que je devrais retenir. C’est plus fort qu’elle, elle sait qu’elle ne peut pas dire certaine chose à certaine personne mais pourtant elle le fait et c’est pareil pour moi. J’étais influencé lorsqu’elle l’était, enfin bref j’ai vécu l’histoire de « The Book of Ivy« .

Pour ce qui est de sa famille, je ne sais pas trop quoi en penser, enfin si, car à la fin du bouquin mon opinion s’est bien fondé. Mais avant ça, j’avais vu arriver leurs manège mais je doutais du fait que ce soit réellement pour une bonne cause. Et le croient-ils réellement ?

En ce qui concerne Bishop, ah Bishop qu’est ce que je peux en dire à par que c’est le seule personnage qui à réellement compris ce qu’était réellement la vie dans cette société mais malheureusement il ne ce bat pas complétement pour ses principes. C’est quelqu’un d’énigmatique tout en étant quelqu’un de très ouvert. On comprend parfois ce qu’il pense et à d’autre on ne fait que s’interroger. Je l’avoue que malgré tout cela c’est mon personnage préféré du bouquin.

La fin qui pour ma part à été un petit peu imprévisible et celle-ci m’a laissé sur ma faim. L’univers me manque déjà alors que ça ne fait que deux jours que je l’ai finis. J’attend la suite avec impatience malheureusement je vais devoir l’être car elle ne sortira qu’en 2016 en français.


Playlist : Amber Run – I Found